RELEVÉS - JEAN-CHRISTOPHE VIGNEAU

Publié le 15 Février 2015

RELEVÉS - JEAN-CHRISTOPHE VIGNEAU

L’année 2015 au Poulailler sera ponctuée de nombreuses rencontres avec des artistes. Certains sont déjà venus présenter leur travail, lire des extraits de leurs manuscrits, mettre en situation des œuvres peintes ou dessinées, performer de la musique expérimentale. D’autres seront aussi au rendez-vous pour montrer différentes facettes de leur art et apporter à cette année leurs univers créatifs et poétiques.

 

C’est pour avoir le plaisir de faire découvrir de nouvelles pratiques que nous avons proposé l’an dernier à Jean-Christophe Vigneau de venir présenter ses œuvres dans le Nord.

Nous avions admiré ses « fabrications », montages précieux et mystérieux, en avril 2013 à la galerie Le Domaine Perdu à Meyrals où il avait présenté « Ciel d’îles ».

L’an dernier il exposait « Terres d’imaginaire » au Musée national des douanes de Bordeaux. Ce sera de mi-mars à mi-avril que nous plongerons dans ses cartes imaginées.

 

Nous avons demandé à Jean-Christophe Vigneau de nous suggérer des textes pour que les visiteurs du Poulailler puissent appréhender sa démarche de plasticien.

Voici un de ceux-ci, il éclairera la perception que vous pourrez avoir de son travail d’orfèvre : « Les prétendus paysages que je figure sont le résultat d’une déconstruction de choses vues : paysages certes, mais aussi haut-parleurs, néons, pages de magazines aperçues de biais, caniveaux, meubles, taches,... où j’aperçois des mondes, des temporalités, des espaces d’errance. Errance de l’œil, promenade des nerfs. Ciel sur une couche, terre sur une autre, mer déconnectée. Il s’agit d’une défiguration analytique, d’une analyse défigurative de ces choses du monde. Voilà ce qui peut donner à mes travaux ces allures de petites machines. Il s’agit d’une espèce d’orthopédie oculaire élaborée pour me rendre sensible à loisir ce que j’ai entr’aperçu, l’analyse ultra rapide que mon œil en a fait. Je veux bien que l’on s’y glisse à son tour. ».

C’est en venant contempler les pièces de son exposition « Relevés » au Poulailler du 14 mars au 17 avril, que se découvriront pour vous les territoires inconnus que Jean-Christophe Vigneau offre à l’âme du voyageur, à nos regards curieux. Pour y trouver enfin la route vers Fusang, à moins qu’il ne s’agisse de la presqu’île de Brobdingnag le pays des géants.

Rédigé par LE POULAILLER

Publié dans #2015

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :