Articles avec #2008 tag

Publié le 22 Décembre 2008



A season of wants Copyright 2008 Ron Diorio

I want to be a super hero
I want to return
I want to date
I want to be heard
I want to focus
I want to lock up
I want 18 million dollars
I want my title back
I want a win
I want to watch
I want to establish an identity
I want to ban booze
I want to stay safe
I want you
I want a child
I want a friend on facebook
I want season tickets
I want be a guy that makes stupid comments
I want to date a rock star

I want a lot

I want stay
I want see how it ends
I want be a part
I want discuss your future
I want to change it
I want a new deal
I want to rock
I want it the best way
I want to be a spoiler
I want to stop
I want to outlaw
I want to say too much
I want to keep all my cards on the table
I want to to be patient
I want to you to believe
I want to eat at a table with my own silver
I want a wife
I want to be back


Ron Diorio photographe utilise depuis longtemps les appareils numériques, il travaille actuellement à New York. Il a coproduit dans les années 90 une série originale de vidéo Zine TV et mis en ligne des photographies dès 2003 sur le site fotolog sous le pseudonyme d'av producer. Il est souvent "observé" et apprécié par les membres du Poulailler. Nous venons d’avoir son autorisation pour mettre sur notre blog une de ses vidéos.

Parlant de son travail il dit : "The essence of my work is in the rendering of everyday situations to which the fantastic can be attributed, the surreal imagined, and the very real evoked." - Extrait de Anytown (exposition ayant eu lieu en septembre 2005 à The Economist Tower Gallery de Londres). Il vient d’exposer Hometown à la Peter Hay Halpert Gallery, 511 West 25th Street à New York.

 

Lire la suite

Rédigé par LE POULAILLER

Publié dans #2008

Repost 0

Publié le 22 Décembre 2008

En ouverture au vernissage du vendredi 28 novembre 08 a été interprété " Sorti du tube " décryptage de textes d’Antonin Artaud, mis en scène au Poulailler, par Jérôme Bultez, Marc Haering, François Kubiak et Anne-Gaëlle Ponche. 


" Or, il n’est pas : Un enchevêtrement de bois sec et de plumes, croisement d’humus et d’os, inventé pour définir les choses d’un lointain. Dilater le corps et l’esprit, explosions de couleurs, marbre froid sur être chaud. L’automne entre dans mes veines en présence terrible d’un point de non retour. Ce point, c’est quand on me presse.

  Du Artaud sorti d’un tube de matières molles irradiantes de beauté.

Retrouvailles d’avec la viande, collage sur fond de cimetière. Un rire fourchu à déconnecter du vivant. Liquide de paroles accrochées à un spasme de volupté. Les mots n’étant plus les mots, mais des agrafes qui suturent et donnent l’envie de tirer le pus d’une plaie encore jeune. "

François Kubiak

 

Au programme des extraits de " VAN GOGH le suicidé de la société ".

Lettre à UCELLO : Paul les oiseaux.

Texte sur l’écriture " Toute écriture est de la cochonnerie ".


Anne-Gaëlle Ponche, comédienne professionnelle issue du conservatoire de Lille, s’oriente vers un travail sur la voix et participe activement à des ateliers de recherche théâtrale. C’est dans ce cadre qu’elle s’associe au projet « Artaud » mis en place par Henri Lavie en 2006-2007 (projet mis en jeu dans le dispositif L.E.M. médiathèque et modulable en fonction des lieux). La possibilité de reconduire l’expérience dans une galerie comme " Le Poulailler " participe à cette envie d’ouverture vers d’autres domaines d’expressions artistiques. Jérôme Bultez et François Kubiak contribuent activement à divers ateliers de recherche et de travail sur des écritures non théâtrales.

Jérôme Bultez, François Kubiak et Anne-Gaëlle Ponche font partie de la Cie " Des Valises Dans La Poche ". 

" Et voilà, Monsieur, tout le problème : avoir en soi la réalité inséparable et la clarté matérielle d’un sentiment, l’avoir au point qu’il ne se peut pas qu’il ne s’exprime, avoir une richesse de mots, de tournures apprises et qui pourraient entrer en danse, servir au jeu ; et qu’au moment où l’âme s’apprête à organiser sa richesse, ses découvertes, cette révélation, à cette inconsciente minute où la chose est sur le point d’émaner, une volonté supérieure et méchante attaque l’âme comme un vitriol, attaque la masse mot-et-image, attaque la masse du sentiment, et me laisse, moi, pantelant comme à la porte de la vie. "  Antonin ARTAUD - Lettre à Jacques Rivière du 5 juin 1923.

Lire la suite

Rédigé par LE POULAILLER

Publié dans #2008

Repost 0

Publié le 9 Octobre 2008

Pendant l’opération « Portes ouvertes des ateliers d’artistes » nous avons proposé à Suzy Verquère et Sylvain Lenglart de faire découvrir aux visiteurs potentiels de ces 3 journées du 17, 18 et 19 octobre, une partie de leurs dernières créations.

Suzy Verquère propose après son année de spécialisation en création de bijoux à l’Institut des Arts, Techniques, Sciences et Artisanats (IATA) de Namur, une série de pièces qu'elle réalise le plus souvent en argent avec un design très contemporain. Suzy Verquère a également travaillé l'an dernier la technique de la feuille d'or en compagnie de la créatrice Wanda Sikora à Lille. Début 2008, elle s'initie à d'autres techniques auprès du créateur de bijoux précieux Patrice Henno. 
Suzy Verquère participe aussi à Tremplin à Mons, exposition réservée aux jeunes créateurs issus des écoles d’art de Wallonie et de Bruxelles. Elle participe au concours organisé par le World Crafts Council (Conseil Mondial des Métiers d'Art), organisation non-gouvernementale reconnue par l'UNESCO, dont les buts sont la promotion de l'Artisanat de création, l'amélioration des conditions de vie des créateurs et l'information. Le WCC a organisé en mai 2008 la Triennale Européenne du bijou contemporain.
Le vernissage, le mercredi 29 octobre et l’exposition sera visible du 30 octobre au 30 novembre 2008 tous les jours, sauf lundis et jours fériés, de 12h00 à 18h00 : Aux anciens Abattoirs, Place de la Grande  Pêcherie à Mons (Belgique).


Sylvain Lenglart vient, avec une de ses photographies, de faire  l’actualité " voyage " pour la Fnac.


Cliquez sur la photographie ci-dessus pour accèder à une série de photos

Dernières expositions de Sylvain Lenglart :

En novembre 2007 à Lille : " Himalaya, Les jardins secrets du Ladakh "
En décembre 2007 à Lille : " Ladakh, un paradis haut perché " 
En décembre 2007 chez « voyageurs du monde » à Lille : " Asie, Calme et Volupté "


Quelques photographies sur le site du Routard
























Cliquez sur la photographie pour voir des moments du vernissage.

Géo magazine vient de sortir un article sur le Ladakh avec des photographies de Sylvain sur leur site Geo.fr





Lire la suite

Rédigé par LE POULAILLER

Publié dans #2008

Repost 0

Publié le 17 Juin 2008

 

MUC:YUL.*

Une présentation à partir d'un échange photographique, un mélange visuel entre Montréal et Munich, né du hasard lors d'échange de pellicules entre Éric Bergevin et Johannes Boos, photographes habitant respectivement ces deux villes. Leurs contraintes techniques résident, entre autre, à ne pas "surexposer". Le fait d'exposer deux fois sur le même espace de pellicule photographique permet d’obtenir alors, pour une même photographie, deux images superposées qui pourront être visibles ainsi réunies au tirage.

  
* Ces deux groupes de trois lettres désignent les aéroports de Munich et Montréal. Issus du code AITA, attribuées par l'association internationale du transport aérien, ces lettres pour chaque aéroport dans le monde ou chaque compagnie aérienne. Un code similaire est attribué aux gares situées sur des lignes ferroviaires en connexion avec des lignes aériennes.

MUC : Aéroport international Franz Josef Strauss de Munich

YUL : Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal

(LIL : Aéroport de Lille-Lesquin, pour arriver au Poulailler ! :-)

 

  du 14 juillet au 13 septembre 2008 

pour joindre Éric Bergevin : ebergevin@gmail.com

Certaines photographies ont été exposées en octobre 2007 à Montréal – rue Marquette dans le cadre
« Les galeries s’exposent ».


Cette année Éric Bergevin et Patrick Genty ont continué l'expérience du croisement photographique, clichés pris durant le mois de février à Montréal dans le quartier du Plateau et à Lille dans le quartier de Wazemmes.
Certaines photographies ont été exposées à Lille, entre mars et avril 2008, pendant la 7ème édition des
« Fenêtres qui parlent »
La série des photos continue sa route à Montréal, elle sera exposée, dans le cadre des journées de la culture 2008, les 26-27-28 septembre, rue Marquette.
Les galeries deviennent aussi " Les fenêtres qui parlent "..au Québec !

 


  Éric Bergevin invente un nouveau concept photographique qu'il propose aux habitants de Montréal, il a créé " Les ateliers Entrequatreyeux " pour permettre à tous de s'adonner au plaisir de la photographie. " Entrequatreyeux " est l'Ambassade québecoise de la lomographie, elle distribue les appareils LOMO (Lomo étant l’abréviation de " Leningradskoje Optiko Mechanistschéskoje Objedinénie ").
- Il a déjà réalisé en juillet 2006 au Poulailler " Entre Quatre Yeux " , une exposition lomographique.


Johannes Boos
découvre la lomographie et lance sa première " lomohome " sur le site lomography.com.
Il reçoit le prix « lomohome of the day » et une seconde place dans la Worldleague 2002.
Il photographie exclusivement avec son appareil LCA. Voire un de ses projets à New-York : The NewYork Newsroom.

Cliquez sur la photographie pour voir des moments du vernissage.

 

Lire la suite

Rédigé par LE POULAILLER

Publié dans #2008

Repost 0

Publié le 30 Mai 2008


le 31 mai 2008
pour joindre Laurent Rigaud :



" sur le tas "

Un trio de musiciens avec : Bruno Kamalski, Michaël Potier et Laurent Rigaut.
Pour le première fois l’expérience du concert en extérieur a eu lieu, pour ces musiciens improvisateurs, au Poulailler.
Chaque musicien a rajouté à son instrumentarium habituel, la batterie, le saxhorn et le saxophone, une guitare électrique dont ils détournent l’utilisation ainsi qu'une série d’objets sonores qui donne à chaque concert (un par mois depuis leur création) un aspect de performance artistique involontaire .
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Laurent Rigaut est musicien improvisateur, membre cofondateur du C.R.I.M.E. (Centre Régional d'Improvisation et de Musique Expérimentale), il se produit avec différentes formations dont les plus régulières sont "la pieuvre" en compagnie entre autres de Michaël Potier, "l'entreprise de main d'oeuvre sentimentale", "de nouvelles erreurs", "motifs et bouches cousues", et a joué à la malterie et l'aéronef à Lille, le grand mix à Tourcoing), les instants chavirés à Montreuil, la maroquinerie à Paris ainsi qu'à Nancy, Anvers, Bruxelles...

Lire la suite

Rédigé par LE POULAILLER

Publié dans #2008

Repost 0

Publié le 28 Avril 2008

du 26 avril au 24 mai 2008
pour joindre Maryline Brunet
: maryline.brunet@wanadoo.fr



SANS GRAVITÉ* -
* (XVIe, «difficulté, chose grave»; sens actuel au XVIIe). Caractère de ce qui a de l'importance, de ce qui peut entraîner de graves conséquences.
* Phénomène par lequel un corps est attiré vers le centre de la Terre.

 

 


Une présentation des oeuvres récentes
de Maryline Brunet.
Elle nous propose ci-dessous quelques pistes pour cerner davantage le propos qui s'attache au titre de son exposition au Poulailler.
 

Accident-1170, «indice,  signe»; lat. accidens, accidentis, de accidere «survenir»

 1. (1237). Théol., philos. Ce qui n'est pas essentiel à l'être et qui, par suite, peut être modifié ou supprimé sans altérer la nature, l'essence, la substance. - Attribut, phénomène.

Sophisme de l'accident, qui consiste à prendre une qualité accidentelle pour une qualité essentielle.

Vx. Chose d'accident, qui n'est pas essentielle par soi-même. - Accidentel.

(1268). Fait accessoire (- Accidentel); manifestation contingente.

 2. Ce qui advient fortuitement, de façon imprévisible

(1968, d'abord en politique). Accident de parcours : «événement imprévu qui a perturbé l'évolution normale d'un phénomène économique, social ou politique» (P. Gilbert, 1971).

 3. (Fin XIIe). Événement fâcheux ou malheureux. - Aventure, calamité, contretemps, coup, ennui, malheur, mésaventure, revers; malencontre, méchef; (fam.) bûche, tuile.

 4. Méd. Phénomène qui se manifeste dans le développement d'une maladie. Accident primitif, accidents secondaires, tertiaires de la syphilis. - Accidents d'origine médicale. - Symptôme d'aggravation dans le cours d'une maladie. - Complication, lésion.

 5. Ce qui rompt l'uniformité.

 Accident de terrain : dislocation ou déformation de tout genre. - Aspérité, mouvement

Mus. Signe (dièse, bémol, bécarre) qui, placé dans une phrase musicale sans être indiqué à la clé, élève ou baisse le ton.

IMPRÉVU, UE [ëpRevy] adj. et n. m. - Fortuit, inattendu, inopiné.  
VanitéV. 1120;; lat. vanitas «vaine apparence; jactance» - 1. Vieilli ou littér. Caractère de ce qui est vain* (2., a et b). - Caducité, fragilité, frivolité, futilité (cit. 1), inconsistance, insignifiance, néant, vide (- Bâiller, cit. 8; fantaisie, cit. 2). La vanité des choses humaines (- Éternité, cit. 2), de l'homme (- Amour, cit. 10). - (Une, des vanités). Chose vaine. - Chimère, fumée, illusion; et aussi erreur, mensonge (- Gloire, cit. 25). Errants de vanités en vanités (- Attirer, cit. 47). «Quelle vanité que la peinture...!» (- 1. Original, cit. 4). - Mod. (avec infl. du sens 2). Les vanités : les prestiges du monde. - 1. Pompe.



 

NATURE MORTE (XVIIIe; d'abord nature inanimée) : objets ou êtres inanimés faisant le sujet essentiel d'un tableau.

(Fin XVIe). Caractère de ce qui est vain* (2., c). - Inanité, inefficacité, inutilité. La vanité de nos efforts. Il mesurait la vanité de ses prétentions éducatrices (- Cendre, cit. 6).

MALADIE [maladi] Altération organique ou fonctionnelle considérée dans son évolution, et comme une entité définissable.


« Traite bien le hasard car il ne connaîtra pas de retour »
Ce proverbe de
Martin Kippenberger pourrait bien être l'adage qui nous accompagne pendant notre observation minutieuse des différentes propositions qui constituent une série " natures mortes ". Maryline Brunet nous en donne un commentaire : « Ces natures mortes racontent ces histoires sans conséquences survenues à des animaux, accidents, écrasements, rencontres fortuites...
C’est arrivé sans qu’ils anticipent une seule seconde cette fin soudaine, indépendante de la moindre volonté, être là au mauvais moment.

Cet animal se fait surprendre par un piège vide de nourriture et son œil témoignera encore quelques instants de sa stupeur.
Il peut nous arriver ce type d’histoire n’est ce pas ?
Et puis ce genre en peinture qu’est la nature morte fascine, quelquefois proche de celui de la vanité. Il fait écho aux questions sans réponse. Le papier de soie boit l’eau et se déchire, l’aquarelle «  technique sans repentir » pouvait manifestement traduire ces états de stupeur. Il est marouflé sur un papier plus fort mais le marouflage est lui-même délicat. Il déchire parfois le papier de soie, il le fripe, il donne à lire d’autres accidents, des reliefs, là le pigment se diffuse, difficile à contrôler.»

 



En juillet, Maryline Brunet expose à la galerie Gora, 279 Sherbrooke Ouest, Montréal, Québec.



 

 

 

 

Lire la suite

Rédigé par LE POULAILLER

Publié dans #2008

Repost 0

Publié le 28 Avril 2008

du 29 mars au 19 avril 2008
pour joindre Anne Koessler : anneknord@orange.fr


Une présentation des travaux récents de Anne Koessler. Elle ne travaille plus à Strasbourg comme indiqué sur le site du FRAC Lorraine mais en Flandre depuis 1999.
Après avoir exposé une partie de ses recherches à Hazebrouck, dans le cadre de "ville ouverte" en septembre 2007, Anne Koessler a accroché aux murs du Poulailler, un autre pan de son travail nous proposant de découvrir son univers d'ombre et de lumière.


Unissant l'or jaune et le noir, celui qu'il faut associer au goudron, Anne Koessler joue des éclats de ces matériaux. L'or et le bitume se combattent dans une lutte de territoires, ils se font face, se heurtent ou s'opposent sur différents supports.

L’or jaune aux reflets dorés complexes lutte contre la viscosité du bitume et sa couleur noire. Les éléments se combinent, fusionnent ou s’écartent. Les éclats de l’or (son nom vient du latin aurum, signifiant également aurore) sa fluidité et l’épaisseur du goudron (connu depuis la plus haute Antiquité sous forme naturelle, sous le nom de "bitume de Judée") par sa densité, rassemblés, réunis dans la quête du juste équilibre.

" Objet de lumière "  a ensuite continué sa route dans le cadre de l'exposition 3+un chez Appia Hainaut, du 25 avril au 23 mai 2008, à Escaudoeuvres dans le Nord.

Lire la suite

Rédigé par LE POULAILLER

Publié dans #2008

Repost 0