POAA - 2012

Publié le 7 Octobre 2012

Profitant de la quinzième édition des  " Portes ouvertes des ateliers d'artistes " comme en 2008, le Poulailler a invité cette année Frédéric Sicard et Étienne Panier à présenter leurs travaux récents pendant cette édition : le vendredi 19 octobre de 14h00 à 18h, le samedi 20 octobre de 9h30 à 18h30 et le dimanche 21 octobre de 10h30 à 12h et de 14h30 à 18h.

L’exposition sera ensuite visible du lundi 22 octobre au samedi 17 novembre 2012 sur rendez-vous.

pour blog2 copie

     

Frédéric Sicard habitué de cette manifestation a quitté momentanément son collectif et son atelier de Wattignies pour revenir dans nos murs, il avait en 2009 proposé « Valeurs sûres ». À l’époque il exposait des peintures figuratives où un catalogue d’un célèbre vépéciste roubaisien était pris comme thème à ses jeux, entre autre, sur le cadrage. Le langage visuel du prêt à porter réinvesti, confondant notre perception des images populaires de la mode, motivé par la volonté d’interpeller nos habitudes de consommateurs de l’imagerie publicitaire.

Cette fois-ci nous sera proposé un autre aspect de l’univers du peintre. Là des espaces urbains désertés de ses usagers, des natures mortes où la géométrie structure les compositions. L’architecture, les objets sont baignés par un découpage méticuleux d’ombres et de lumière. La précision de ses tracés, l’étendue de sa palette aux couleurs vives donneront aux visiteurs la possibilité de cerner un autre aspect du travail de peintre que Frédéric Sicard désigne comme faisant partie du mouvement "Néo-pop et municipal".

 

Quant à Étienne Panier, après avoir découvert la gravure à l’académie des beaux-arts de Tournai, il se passionne depuis pour la linogravure. En 2010 il exposait au 118, boulevard de la Liberté à Lille. Aux murs de la galerie étaient présentés des personnages inspirés de l’univers du polar et de la bande dessinée. Ses estampes évoquent un univers sombre et urbain, celui du roman policier nord-américain, on penserait y deviner des personnages évoquant Lew Griffin de James Sallis ou encore Ed « Cercueil » Johnson ou Grave « Fossoyeur » Jones, tout droit sortis d’un opus de Himes.

 

Un carnet de route, recensant les ateliers, les coordonnées des artistes, ainsi que des informations pratiques est proposé sur le site des " Portes ouvertes des ateliers d'artistes " - vous pouvez le télécharger  " ici ".

 

Rédigé par LE POULAILLER

Publié dans #2012

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :